Grâce à son prothésiste, le jeune Carolo est mis en contact avec l’ASBL Leg’s Go. Grâce à l’association, Islam reçoit des prothèses sportives, sous forme de lames, dont le montant avoisine les 13.000 €

Islam Dokaev court et nage «pour continuer à vivre»

L’histoire d’Islam Dokaev rassemble tous les éléments d’une belle histoire sur fond de volonté, don de soi et partage. Récit d’un jeune sportif hors du commun.

Déni et Islam Dokaev sont des jeunes hommes de 19 ans nés en Tchétchénie. Ces jumeaux ont pourtant eu un destin totalement différent. À la naissance, les jambes d’Islam s’arrêtent à hauteur du genou. Soucieux d’offrir à leur fils une vie « normale », les parents d’Islam déménagent en Belgique pour lui permettre d’avoir accès à des prothèses, chose impossible dans leur pays d’origine.

Pourtant, jusqu’à ses 17 ans, Islam ne les utilise guère : « Ça serre, c’est contraignant et, parfois, ça blesse même un peu. Alors, pourquoi mettre mes « fausses jambes » ? Mon école est adaptée à mon handicap, je commence à faire du basket en chaise et puis je trouve un club handisport de natation à Fleurus, donc j’en ressens très peu le besoin à ce moment-là », explique-t-il.

Suite à sa rencontre avec Frédéric Vanlancker, coach pour le compte de Charleroi Helios Aqua Team, Islam fait le grand saut : il se lance dans la compétition mais s’entraîne également avec des valides. Et là, c’est le déclic : « Pour la première fois, je me sens vraiment différent. Mais comme je suis un compétiteur dans l’âme, je me décide à utiliser mes prothèses. Fred me concocte un programme d’entraînement qui me permet d’évoluer et d’arriver à un niveau qui laisse espérer que je pourrai participer aux prochains Jeux paralympiques après plusieurs titres de champion de Belgique. Je m’entraîne douze fois par semaine pour ça. Pour arriver aussi haut, il est nécessaire que j’arrive à avoir des muscles solides, notamment au niveau des jambes. Mes coéquipiers s’entraînent en course à pied afin de développer plus de force. Ça, ce n’est pas possible pour moi. Mes prothèses me permettent de bien marcher, mais de là à courir… »

Grâce à son prothésiste, le jeune Carolo est mis en contact avec l’ASBL Leg’s Go. Grâce à l’association, Islam reçoit des prothèses sportives, sous forme de lames, dont le montant avoisine les 13.000 €. Grâce à cette aide précieuse, Islam peut continuer à tutoyer ses rêves : « Ces nouvelles prothèses ont changé ma vie. Désormais, je peux aller courir et me balader n’importe où. Je vise clairement une participation aux prochains Jeux paralympiques dans deux ans. En parallèle, je compte bien terminer mes études de kiné, car j’aime bien soigner les gens. »

Leg’s go se confond avec l’histoire de Luc Huberty, paratriathlète, dont le monde s’est effondré il y a 13 ans suite à un accident de voiture. Il est alors amputé de la jambe droite mais à force de courage et de débrouillardise, il parvient à s’acheter une prothèse de course. Mais ce rêve n’est pas accessible à tout le monde. Alors il décide de créer Leg’s Go. « C’est un groupe d’amis où chacun a décidé de donner de son temps avec ses compétences propres pour faire avancer le projet : permettre à des amputés de membre(s) inférieur(s) de pouvoir (re)connaître les joies de la course à pied », explique Luc.

Le but n’est pas de « créer » des athlètes de haut niveau mais de permettre à des parents, des amis, des voisins… de courir à nouveau avec leurs proches, de participer à des épreuves sportives avec pour seul objectif de se dépasser. Et bien plus que le côté sportif, Leg’s Go permet, par son action, aux amputés de se reconstruire plus facilement, d’avoir une meilleure image d’eux-mêmes…

« Les prothèses habituelles sont remboursées par la mutuelle, mais la marche reste difficile, et la course impossible. Les prothèses sportives coûtent cher (NDLR : de 8.000 € à 15.000 €) et ne sont pas remboursées. Dès lors, on essaie de récolter des moyens via la participation à des événements, de la vente en ligne, des appels aux dons et bien sûr du partenariat commercial », termine Luc.

Pour plus d’informations sur ce beau projet : www.legsgo.be

SUDPRESSE
PAR CÉDRIC THOMAS
| SPORT REGIONAL | PUBLIÉ LE 1/04/2018 À 19:00

http://www.lanouvellegazette.be/212227/article/2018-04-01/islam-dokaev-court-et-nage-pour-continuer-vivre